Information du : 13/05/2024

Il pleut dans la maison : rencontres avec la réalisatrice Paloma Sermon-Daï

Paloma Sermon-Daï, talentueuse jeune réalisatrice belge, signe avec Il pleut dans la maison sa première fiction après son très beau et très personnel documentaire Petit samedi. Une nouvelle manière pour elle d'aborder la famille et l’adolescence. Elle sera présente dans les salles du réseau du 26 au 30 mai.

Sous un soleil caniculaire, Purdey, dix-sept ans, et son frère Makenzy, quinze ans, sont livrés à eux-mêmes et tentent de se débrouiller seuls. Alors que Purdey fait des ménages dans un complexe hôtelier, Makenzy se fait un peu d’argent en volant des touristes. Entre l’insouciance de l’adolescence et l’âpreté de la vie adulte, ils devront se soutenir l’un l’autre dans ce voyage d’une douceur déchirante, qui semble bien être le dernier été de leur jeunesse.

« Le film s’inscrit pleinement dans la continuité de mon travail autour de la famille, l’adolescence et la maladie mentale. Il poursuit l’exploration d’un territoire - géographique et sociologique - que je connais bien et que je trouve trop peu représenté au cinéma. Un territoire qui me permet d’aborder frontalement des thématiques psycho-sociales que je connais bien. Je veux montrer au cinéma cette région à travers ses vies, ses destins complexes, fracassés et magnifiques à la fois, et leur rendre une forme d’humanité´ souvent niée. Je voulais parler de ces deux adolescents laissés pour compte, d’une réalité wallonne qu’on connaît peu je pense, et j’avais envie de donner beaucoup de moi, et de mon adolescence, des gens qui me sont proches. Je voulais que le film soit une claque, ne pas édulcorer, et vraiment, faire vivre ce sentiment de dernier été. En fin de comptes, j’utilise le cinéma comme un outil de dialogue entre nous. Un outil qui leur permet de jouer leurs histoires et les miennes dans un récit commun et authentique, qui nous ressemble. »

- Paloma Sermon-Daï, extrait du dossier de presse

Dans la presse :

« Ancré dans cette « nouvelle vague » aux allures néoréalistes, Il pleut dans la maison réinvente aussi le cinéma social. C’est qu’il s’agit de libérer – on pourrait dire d’émanciper – ses personnages de la fiction, qui aurait sans doute viré ici au mélo poussif. Ceux de Paloma Sermon-Daï sont au contraire les forces vives d’un film qui paraît s’inventer, voire s’improviser à chaque scène. Et tire une puissance inattendue de ce récit anti-conflictuel, qui bouleverse en toute modestie. Au milieu : deux sublimes personnages, frère et sœur « pour de vrai » dont la cinéaste célèbre la complicité naturelle et l’ardent désir de bonheur. » Trois couleurs

" Il pleut dans la maison fait à la fois état d’une humeur joyeuse tout en distillant, avec un sens infini du détail et de la composition, une constellation de ruptures contrastées. " Les Inrockuptibles

" Il pleut dans la maison est à la fois un grand film documentaire sur le plafond de verre de la jeunesse wallonne et une incroyable fiction, film d'ado, à la façon des eighties américaines, sur un frère et une sœur lors du dernier été de leur enfance. " Transfuge

"Paloma Sermon-Daï réussit à s’immiscer dans cette étroite interstice entre le social, le réel, et l’ambition artistique d’une poésie de la douleur, un film sincère, tenu et retenu, où de la détresse jaillit l’espoir d’un avenir différent, certes pas révolutionnaire, mais peut-être un peu plus égalitaire. " Culturopoing

"Le quotidien lourd (elle fait des ménages, il chaparde) s’allège au rythme des chamailleries des deux ados. Le lien réel à la ville des deux (non-)comédiens, viscéral, palpable, donne une texture unique à leurs échanges." L'Obs

"Sans pathos mais avec une justesse de cœur épatante, un premier long métrage rappelant la vitalité du cinéma d’outre-Quiévrain. " Les Fiches du cinéma

"La cinéaste porte sur ce duo oublié de tous un regard d’une grande tendresse teintée d’une ironie discrète, s’attachant à rendre compte de leurs mots et de leurs gestes affectueux qui les raccordent au monde. " Positif

IL PLEUT DANS LA MAISON

Un film de Paloma Sermon-Daï
Belgique, France – 2023 – 1h22
Prix French Touch du Jury, semaine de la critique Cannes 2023
Sortie par Condor distribution

L'INVITÉE :
PALOMA SERMON-DAÏ

Paloma Sermon-Daï est née à Namur en Belgique en 1993. Elle est diplômée en image à la Haute
École libre de Bruxelles. Son film de fin d’études, Mazenky, est sélectionné à Visions du Réel en
2017. En 2020, elle réalise son premier long métrage documentaire, Petit samedi. Le film est
présenté en première mondiale à la Berlinale Forum 2020, et remporte de nombreux prix :
Bayard d’Or au Festival International du Film Francophone de Namur, Prix diagonales au Festival
Premiers Plans Angers, Best Documentary Award au Athens International Film Festival et Magritte
du Meilleur documentaire. Il pleut dans la maison est son premier long-métrage de fiction.

LES RENCONTRES